La Manufacture des Gobelins (1)

La façade de la Galerie des Gobelins, Photo: Laurence Perquin

Les Journées du Patrimoine sont l’occasion, une fois par an, de découvrir des lieux qui ne sont pas ouverts au public le reste de l’année, et qui sont souvent éloignés de nos pratiques culturelles habituelles.

C’est le cas de la Manufacture des Gobelins de Paris, qui n’est ouverte que durant les expositions temporaires. Les Journées du Patrimoine sont l’occasion de pénétrer dans ce lieu, mais surtout de visiter les ateliers de tissage, et de rencontrer les artisans qui travaillent encore aujourd’hui selon les techniques anciennes d’après des œuvres contemporaines, pour le Mobilier National.

Partons à la découverte de lieu, un rare exemple de « patrimoine vivant »!

Des Gobelin aux Gobelins

Plan de la Bièvre à Paris

Le nom de manufacture « des Gobelins » provient d’un certain Jehan Gobelin qui installe au XVe siècle un atelier de teinture dans l’actuel faubourg Saint-Marcel. L’endroit se prête tout à fait à cette activité, grâce à l’eau de la Bièvre, petite rivière qui traverse Paris de part en part. Son atelier prospère et ses descendants acquièrent assez de terres aux alentours pour y faire bâtir de grands ateliers.

Henri IV, par l’intermédiaire de son ministre Sully, loue des bâtiments à la famille Gobelin pour y installer des ateliers de tapisserie. Puis en 1662, Colbert rachète l’ensemble des propriétés pour en faire la manufacture royale des meubles de la Couronne: on y trouve des tapissiers, des brodeurs, des fondeurs, des bronziers, des ébénistes et des orfèvres. Charles Le Brun, premier peintre du roi, est le directeur de la manufacture pendant 28 ans, jusqu’en 1690.

Malgré l’impression que donne la façade de la manufacture, c’est un site bien plus grand qui se cache derrière, comme en témoigne le plan ci-dessous.

Jacques-François Blondel, Plan du rez-de-chaussée de la Manufacture des Gobelins, 1752, estampe, Château de Versailles

En 1871, de nombreux bâtiments de la manufacture sont détruits par des incendies. Des travaux sont entrepris au début du XXe siècle pour construire une galerie dans le bâtiment principal de la manufacture. Ainsi, la façade du bâtiment principal actuel, le long de l’Avenue des Gobelins, est le résultat des travaux de Jules Formigé menés en 1913-1914. On peut y observer des médaillons représentant les différentes étapes de la production des tapisseries: la Teinture, le Carton, la Fileuse

Détail des médaillons de la façade de la galerie des Gobelins Photo: Connaissance des Arts

Louis XIV et Colbert, entre politique et économie

C’est durant le règne de Louis XIV que la manufacture acquiert ses lettres de noblesse: 250 ouvriers tapissiers y travaillent, et produisent 775 pièces en une trentaine d’années, soit plus de 25 pièces par an.

C’est dans ces années que sont produites les tapisseries les plus célèbres, qui rendent gloire par leur iconographie aux hauts-faits du Roi: comme la tenture de l’Histoire du Roi (1667-1672), celle de l’Histoire d’Alexandre (1685) qui n’est autre qu’une métaphore de la vie du Roi Soleil, et qui furent réalisés d’après les cartons de Charles Le Brun.

L'Audience du Légat (19 juillet 1664), Tenture de l'Histoire du Roi, 1667-1672, 512 x 725cm, Paris, Musée du Louvre

Alexandre et Porus, Tenture de l'Histoire d'Alexandre, 1685, 480 x 880 cm, Château de Fontainebleau

Dans les ateliers de haute-lice de la manufacture, on peut encore admirer la tapisserie de la Terre, issue de la célèbre Tenture des Eléments, réalisée d’après les cartons de Charles Le Brun.

La Terre (détail), Tenture des Éléments, avant 1680, Manufacture des Gobelins

Si la production de la manufacture des Gobelins était pour Louis XIV l’occasion de valoriser son statut de protecteur des arts, elle représentait du point de vue de Colbert un atout économique considérable pour le Royaume.

Durant dix-huit années, de 1665 à 1683, Colbert  fut le Contrôleur Général des Finances de Louis XIV. Il eut pour tâche difficile de réfréner les dépenses faramineuses du monarque, et trouver les moyens de renflouer les finances du royaume.

Statue en pied de Colbert dans la cour intérieure de la Manufacture des Gobelins

Colbert s’appliqua à faire participer la manufacture des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie, de la politique économique dite mercantiliste qui eut un immense succès en Europe à partir du XVIe siècle, au moment de la conquête du Nouveau Monde.

« Comme l’un des plus considérables ouvrages de la paix qu’il a plu à Dieu de nous donner est celui du rétablissement de toute sorte de commerce dans ce royaume, et de le mettre en état de se passer de recourir à des étrangers pour les choses nécessaires à l’usage et à la commodité de nos sujets… » Préambule des lettres patentes instituant la manufacture de Beauvais, Vincennes, Août 1664

Le principe général du mercantilisme s’appuie sur la thésaurisation des richesses. Il s’agit pour chaque nation de s’enrichir grâce au commerce extérieur: vendre la production nationale pour accumuler des liquidités, c’est-à-dire l’or rapporté du Nouveau Monde.

Pour cela, il s’agit de limiter les importations, (synonyme de perte de devises) et augmenter les exportations (synonymes d’accumulation de richesses). Il faut donc s’appuyer sur le commerce et l’industrie nationale, en valorisant tout particulièrement les productions à forte valeur ajoutée, telles que le drap et la tapisserie. Pour cela, Colbert réduit les taxes intérieures sur les productions nationales, octroie des subventions à l’exportation, et surtout met en place des commandes publiques, notamment au sein des manufactures royales.

La manufacture des Gobelins, ainsi que celles de Beauvais et de la Savonnerie, deviennent ainsi à la fois les fleurons artistiques et économiques de la France.

_______________________

Pour en savoir plus:

La tenture de l’histoire d’Alexandre le Grand : collections du Mobilier national, catalogue d’exposition, Paris, RMN-Grand Palais, 2008

Jean Coural, Les Gobelins, Beauvais, la Savonnerie, Le Vaumain, Nouvelles éd. latines, 1976

Page de la Manufacture des Gobelins sur le site du Mobilier National

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s