Fastueuse Egypte à Avignon

Tête de vizir, Moyen Empire, XIXe s av. J.C., basalte noir, legs Esprit Calvet, Avignon, Musée Calvet Inv. A44

On parle si souvent des grandes expositions parisiennes, que l’on en oublie souvent le dynamisme des musées régionaux ou municipaux, qui s’évertuent à diversifier la programmation culturelle de nos villes et campagnes.

Si récemment encore le Musée de l’Arles Antique a beaucoup fait parlé de lui autour de l’exposition « César, le Rhône pour mémoire », le Musée Calvet remporte aujourd’hui un succès significatif grâce à l’exposition « Fastueuse Egypte ».

L’Egypte fait recette!

Je crois que j’ai rarement vu autant de monde dans un musée, et plus encore dans une exposition temporaire, un dimanche après-midi, en dehors bien sûr des musées parisiens… Parents, très jeunes enfants, personnes âgées, tous les âges et catégories sociales étaient représentées.

Certes à Avignon les musées sont gratuits pour les habitants de la ville le dimanche. Est-ce la seule et unique raison? Il ne semble pas. C’est une tendance plus générale concernant cette exposition, puisque face au succès qu’elle rencontre, elle va être prolongée jusqu’au 2 janvier 2011.

L’Egypte, ou l’éternelle fascination pour une civilisation mystérieuse.

On le constate aussi au Louvre, où le département des Antiquités égyptiennes, est l’un des endroits le moins praticable du musée par la foule constante qui l’occupe: on s’y bouscule autour des sarcophages, on s’y perd dans le dédale des salles en labyrinthe…

Momie d'enfant, Epoque impériale, Avignon, Musée Calvet, A84

C’est une constante: l’Egypte fascine parce qu’elle est le miroir inversé de notre propre culture. Une écriture à la fois mystérieuse, ludique et poétique, de si gigantesques constructions qu’on ne connaît que rarement par ailleurs, une mythologie autonome, riche et peuplée de créatures animales étranges, mais surtout dotée une approche sécurisante de la mort grâce à la pratique de la momification qui permet l’éternité du corps.

On peut lire à ce sujet l’interview de Michel Guay, égyptologue, parue dans lactualite.com, et qui donne quelques clés de cet engouement séculaire pour l’Egypte.

Un voyage dans le temps et l’espace

Buste d'Esprit Calvet (1728-1810), Avignon, Musée Calvet

L’exposition a essentiellement pour but de faire redécouvrir au public la richesse des collections égyptiennes provenant du legs d’Esprit Calvet (1728-1810) puis enrichies par la suite par d’autres  acquisitions ou dons plus récents.

Ceci explique le large champ de connaissances couvert par l’exposition, articulée autour de neuf thèmes dont seulement quatre ressortent véritablement: l’Egyptomanie du XVIIIe siècle, la diffusion des cultes égyptiens dans le monde romain, le culte des morts, et l’Egypte moderne et contemporaine (XVIe-XIXe siècle).

Léon Cogniet, Expédition d'Egypte sous les ordres de Bonaparte, 1835, Paris, Musée du Louvre

Mais malheureusement, aucun panneau introductif ne permet de comprendre le positionnement de l’exposition par rapport à ces collections et l’on se sent un peu perdu face à la richesse des objets présentés et à la diversité des thèmes qu’ils abordent. Seul le buste d’Esprit Calvet présenté tout au début de l’exposition rappelle l’origine de ces collections.

Au final, il s’agit d’une exposition réussie par la richesse des œuvres présentées (appartenant au Musée Calvet ou ayant été prêtés par d’autres grands musées nationaux), par la structuration de l’exposition par thèmes, mais qui mériterait d’être approfondie par un système de médiation plus performant. Si le livret de visite est bien pratique pour déambuler dans l’exposition à son rythme, il n’est pas assez détaillé pour comprendre les enjeux historiques que représentent les œuvres exposées.

Des cartels explicatifs pour les œuvres phares de l’exposition, ou des panneaux développant le propos de l’exposition auraient pu être envisagés. Ils auraient ainsi donné une dimension plus scientifique encore à cette exposition.

Cette exposition reste dans tous les cas une promenade bien agréable à travers le temps et l’espace, où le « choc esthétique » théorisé par Malraux fonctionne ici davantage qu’un propos scientifique complexe.

________________________

Pour en savoir plus:

Site de la fondation Calvet

Site du Musée Calvet

Site de l’exposition « Fastueuse Egypte »

________________________

Pour information:

Entrée du musée + exposition: Tarif plein 7€, Tarif réduit 4€

Gratuit le dimanche pour les Avignonnais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s