Renoir selon Gilles Bourdos

Renoir

Michel Bouquet dans le rôle de Renoir © Mars Distribution

Synopsis. 1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé… Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence.
Lorsque Jean, revenu blessé de la guerre, vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l’astre roux de la galaxie Renoir. Et dans cet éden Méditerranéen, Jean, malgré l’opposition ronchonne du vieux peintre, va aimer celle qui, animée par une volonté désordonnée, insaisissable, fera de lui, jeune officier velléitaire et bancal, un apprenti cinéaste…
(Allociné)

Andrée (Christa Théret) et Renoir (Michel Bouquet) © Mars Distribution

En allant voir ce film vous constaterez qu’il ne s’agit pas d’un « biopic », tel qu’on l’entend habituellement. Centré sur la fin de la vie de l’artiste, le réalisateur s’est intéressé davantage à la personnalité du peintre qu’à l’histoire de sa vie et de son oeuvre. C’est un film d’ambiance, qui retranscrit parfaitement l’indicible attachement d’un peintre à son modèle, la belle Andrée, à la chevelure de feu et à la peau lumineuse, qui saura aussi séduire le fils, Jean Renoir, qu’elle suppliera de se lancer dans une carrière cinématographique, dont l’Histoire écrira le succès.

Christa Théret dans le rôle d’Andrée © Mars Distribution

C’est un film éclatant, solaire que propose Gilles Bourdos, qui, par des mouvements de caméra parfaitement glissés, presque imperceptibles, saisit toute la beauté des corps nus, des regards, du chatoiements des feuilles et des herbes folles qui emplissent l’écran dans une lumière parfaitement maîtrisée.

Renoir, au crépuscule de sa vie, perclus des douleurs terribles de la polyarthrite, aime profondément la vie et continue de la peindre pleine de couleurs, avec une vivacité incroyable. Jusqu’au bout, Renoir peint, inlassablement transporté de son lit à son atelier par ses domestiques, installant son chevalet en plein air pour mieux saisir encore les lumières méditerranéennes sur les corps généreux et féconds de ses modèles. Auguste Renoir signe son dernier tableau Les Baigneuses en 1919, année même de sa mort, laissant ainsi à la postérité un véritable testament pictural, que le réalisateur Gilles Bourdos, ne manque pas d’évoquer (malgré le petit anachronisme), dans une scène de plein air ou Andrée et une domestique cherchent la pose idéale qui satisfera pleinement le maître.

Auguste (Michel Bouquet) et Jean Renoir (Vincent Rottiers) © Mars Distribution

Ce film est aussi une plongée dans l’époque de la Grande Guerre, qui vient en toile de fond de cette grande fresque familiale, rappelant que deux des fils de Renoir s’engagèrent dans l’armée française. Le film se situe en 1915, lorsque Jean Renoir revient au domaine des Collettes après avoir été blessé au front. C’est l’occasion pour lui de renouer des liens forts avec son père, en l’assistant dans son atelier pour lui donner ses pinceaux, installer les modèles… Le réalisateur suit le fil ténu de la filiation qui se tisse entre deux êtres, l’un accompli, l’autre en devenir, qui fait se demander si finalement, « Renoir », le titre du film, ne doit pas se comprendre au pluriel.

_____________________

Pour aller plus loin:

Extrait du film Ceux de chez nous de Sacha Guitry (1952), consacré à Renoir. (A partir de 1’56 »)

Interview de Michel Bouquet et Vincent Rottiers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s